Accès à la base de connaissances : pêche et poissons

L'écrevisse du Pacifique - Pacifastacus leniusculus | écrevisse | crustacés
écrevisse | balance | crustacés

Appelée aussi écrevisse signal, la Pacifastacus leniusculus est originaire de le côte Ouest des Etats-Unis. Vers les années 1960, elle fut introduite en Europe et en France. Elle a été déclarée susceptible de créer des déséquilibres biologiques.

Morphologie :
L'écrevisse du Pacifique se distingue de la pattes blanches par de nombreux critères morphologiques et physiologiques, comme par sa résistance à certaines maladies ! Les pinces sont rouges, massives, lisses et décorées d'une tâche claire, parfois bleutée. Elle peut atteindre des tailles très importantes (maximum 140 mm).

Biologie :
Cette écrevisse se nourrit essentiellement la nuit. Elle s'accouple plus tôt que les autres, de septembre à octobre. C'est une espèce à croissance rapide, sa maturité peut apparaître dès la deuxième année. L'écrevisse de Californie est porteuse saine de l'aphanomycose (champignon : Aphanomyces astacii) qui a été mortel pour certaines populations autochtones. Par sa capacité à coloniser les mêmes milieux, la présence de cette écrevisse a été associée au risque de contagion des espèces indigènes. Elle est capable de s'adapter en rivière à truites, comme dans des étangs ou des plans d'eau qui peuvent dépasser 20°C. Son métabolisme exige cependant une bonne oxygénation de l'eau.

Mesures de régulation :
Aujourd'hui, aucune mesure ne peut être considérée comme pleinement efficace. Seule une bonne information des riverains permettra de limiter des dégâts.

Réglementation :
Sa pêche est autorisée du 2ème samedi de mars au 3ème dimanche de septembre en seconde catégorie. Il est possible de la pêcher avec 6 balances maximum, diamètre 30 cm, maille de 10 mm. Le transport vivant de cette espèce est strictement interdit.

Source FNPF de l'Orne, vérifier la réglementation avant de pêcher l'écrevisse.
Photo Mamina