Brochet au fouet

flienPartenaires   *

La pêche du brochet au fouet : la quête du poisson roi

article proposé par Les mouches artificielles MOANA

Le brochet ou le mythe de la voracité.

moana brochet au fouetLa pêche du brochet au streamer est une technique qui remporte un franc succès depuis qu’elle a vue le jour il y a quelques années dans une certaine discrétion. Si la pêche au fouet de ce grand carnassier d'eau douce, seigneur de nos eaux avant l'arrivée récente d’une flopée d’autres carnassiers, peut surprendre, il n'en reste pas moins vrai que cette technique apporte des résultats réguliers, pour peu que l'on sache faire face aux particularités de cette technique… Le brochet est un carnassier chassant à l’affût et cette particularité dicte toute la technique de pêche de ce poisson à l’injuste réputation de prédateur insatiable. En effet, le brochet doit être considéré comme le chasseur le plus fainéant qui soit : il attend sa proie et ne la poursuit pas s’il la rate lors de son attaque, il sélectionne de préférence une proie sûre, blessée, en marge d’un banc et ne se décide à attaquer que si la taille de cette dernière justifie la fatigue d’un déplacement. 

Ces particularités qui font mettre aux aquaculteurs produisant des vifs des brochets dans les mêmes plans d’eau pour éliminer les individus faibles ou malades obligent le pêcheur à la mouche à s’adapter. La grande taille des proies du brochet font que ses repas peuvent être extrêmement espacés. Ce comportement tend à s’estomper avec le réchauffement des eaux en été car alors son métabolisme accéléré le pousse à chasser plus fréquemment puisqu’il digère plus vite ses proies. Il est une autre particularité de ce poisson qui en fait un adversaire de choix pour le pêcheur à la mouche en plus de son indéniable sportivité, c’est la fréquence des attaques en surface ou à moins d’un mètre de celle-ci. Ainsi en dehors des mois les plus froids de l’année, une soie plongeante et un jeu de quelques streamers de différentes densités vous permettront de pêcher tous les meilleurs postes. 

Les postes à prospecter

Comme dans toutes les techniques de pêche, le premier problème que vous allez affronter est la tenue des poissons que vous recherchez. Les postes de chasse des brochets sont à différencier de leurs postes de repos où ils sont pour ainsi dire imprenables car totalement passifs et à proximité immédiate d’un abri fiable dont seul un bas de ligne en 80/100 saurait vous extraire. Les postes où l’on peut trouver ce poisson sont nombreux car les brochets se répartissent avec une grande homogénéité due à leur franche tendance au cannibalisme sur les zones où ils sont présents et cela tout au long de l’année même si en saison froide les brochets descendent vers les eaux les plus profondes et les moins froides.

En l’absence de chasses marquées, visibles en surface, ce qui est hélas fréquemment le cas surtout lorsque le froid est là, la pêche de l’eau doit être effectuée en recherchant tous les postes à brochet classiques. Si vous pêchez en rivière les postes sont assez marqués : les grandes plages où se regroupent le frai de l’année, les contre courants, les abords d’obstacles, les fosses, les grands herbiers, les postes amorcés longuement par des pêcheurs au coup… En période estivale, les confluences sont très fréquemment les meilleurs postes. 

En plan d’eau les postes sont souvent moins bien marqués mais peuvent être repérés rapidement : les herbiers, les souches immergées, les obstacles, les arrivées d’eau sont autant de zones de chasse que les brochets se disputent. Les chasses seront cependant votre meilleur indicateur, comme dans la plupart des pêches de carnassiers. La première règle à respecter absolument est la recherche du poisson sur les bordures. Le brochet a ses postes de chasses là où se trouvent les poissons fourrages : à deux mètres du bord et souvent bien moins encore. La prospection doit toujours débuter par des lancers parallèles à la berge. La prospection de zones éloignées du bord ne se justifie que par la présence de zones de ruptures (obstacle, haut fond lorsqu’il y a beaucoup d’eau, fosse lorsque la zone est peu profonde, etc.) ou d’un poste connu. La proximité des concentrations de poissonnets est à prospecter en priorité. Peignez, par exemple, régulièrement et lentement toute la périphérie des bancs de gardons ou autres poi

La traque des brochets

 L’animation doit toujours être lente, quelle que soit les conditions de pêche et la méthode que vous y opposez. Les brochets sont extrêmement paresseux et ne poursuivent pas leur proie dans l’espace comme le feraient sandres et perches. Une animation souple constituée de petites tirées ou de tricotage de la soie semble parfaitement convenir aux grands becs. De longues pauses propices à une nage ondulante du leurre font la différence sur un brochet peu motivé. La pêche à la mouche permet par ses particularités (légèreté du leurre, dispositif anti-herbes, finesse, etc.) dans certains cas (lacs très peu profonds, herbiers très denses) des captures qu’aucune autre technique n’autoriserait. Il vous faut cependant prendre en compte la grande variabilité des situations de pêche que vous pouvez rencontrer en recherchant ce carnassier. 

La pêche du brochet au streamer

La pêche de base du brochet au fouet se pratique avec un maximum d’efficacité au printemps et en automne, saisons propices à de belles captures en raison du comportement alimentaire adopté par le brochet. Cette méthode reste la plus fiable pour les très difficiles pêches estivales. La pêche se fait souvent par prospection car il est réellement rare de pouvoir pêcher à vue. Une approche discrète suivie de quelques lancers cours juste dans vos pieds vous permettront de vous mettre à l’eau sans écraser un brochet d’un mètre que vous risqueriez alors de rendre peu enclin à attaquer votre belle mouche que vous aviez monter juste pour lui. Que l’on pêche depuis la berge ou en waders (outil formidable qui vous permet de collecter des leurres là où d’autres les sèment ainsi que d’avoir un angle de lancer très ouvert), la technique est la même : on lance en parallèle à la berge et cela dans les deux sens avant de commencer des lancers en éventails ou sur des obstacles. Le posé de la mouche doit toujours se faire derr

 Plus on tire vers la saison chaude, plus la taille des mouches doit être revue à la baisse mais le plus fréquent des défauts des pêcheurs de brochet au fouet reste de calibrer trop petites les artificielles présentées à ce calme prédateur qu’est le brochet (certains pêchent en hiver avec des mouches de la taille de celles que j’utilise en été et ne s’expliquent pas pourquoi leurs prises dépassent rarement les 50 cm de long...). Peu importe la profondeur d’évolution de votre streamer, à partir du moment où vous ne raclez pas le fond, si vous passez à proximité d’un brochet, il sera en mesure de s’en saisir. Ce poisson chasse en effet en se déplaçant plus facilement verticalement que horizontalement aussi la profondeur de nage du streamer est à négliger contrairement à sa trajectoire par rapport au poste. Lorsque les eaux se réchauffent, la végétation devient omniprésente et l’utilisation de leurres équipés de systèmes anti-herbes (les montage avec de la corde à piano sont les plus efficaces avec ces gros

La pêche au poppers et autres leurres de surface

Les pêches de surface du brochet si elles ne sont pas aussi connues que celles du black-bass n’en demeurent pas moins tout aussi passionnantes. La capture d’un beau brochet au popper est un moment d’autant plus exaltant qu’elle est l’aboutissement de longues heures de pratiques et parfois de sombre arrachage de cheveux devant la difficulté de cette tâche. Le brochet est un carnassier qui tourne l’essentiel de ses attaques au dessus de lui alors il semble évident que l’on peut le pêcher avec des poppers et des muddlers mais il faut bien penser à dimensionner correctement les leurres employés. La pêche avec des leurres équipés d’anti-herbe permet de faire évoluer des leurres de surfaces au milieu des herbiers et des nénuphars pour en déloger les beaux brochets. Les gros leurres de surface glissant au milieu des végétaux sont vraiment des aimants à brochets pour peu qu’ils soient manœuvrés avec des bas de ligne longs et fins.

Les pêches hivernales

En hiver, la pêche du brochet bat son plein car ce poisson ne craint pas les eaux froides et prépare activement sa période de reproduction qui a lieu entre janvier et mars. Les mois précédents sont donc traditionnellement la période propice aux captures de grands spécimens. Les pêches doivent se faire plus profondes avec le recours à des soies plongeantes et à des leurres parfois énormes pouvant séduire les grands engourdis. Les brochets sont alors bien souvent calés sous plusieurs mètres d’eau et ont un métabolisme ralenti à l’extrême. Le temps et venu des gros leurres brassant beaucoup d’eau avec une vitesse de récupération très faible.

 N’oubliez pas pour cela les fameux Boobies dont certaines variantes prévues pour la pêche du carnassier vous réservent de grosses surprises. Le fait de ramener doucement des leurres flottants bridés par une soie plongeante à raz du fond est une technique vraiment redoutable pour la pêche de tous les poissons carnassiers et cela fonctionne au plus froid de l’hiver comme au plus chaud de l’été, lorsque les poissons fuient les eaux superficielles gelées ou trop chaudes. Pour la pêche aux boobies (vous pouvez les remplacer par des muddlers en poils de chevreuil denses, par des sliders en néoprène, en bref par n’importe quel leurre volumineux qui aura tendance à flotter fort) vous devez utiliser des bas de ligne court et la discrétion devient un détail sans trop d’importance. Le ferrage doit se faire à la moindre lourdeur ou pause dans la soie car les sensations sont estompées par la profondeur et par vos doigts engourdis par le froid ! 

Le matériel nécessaire

Pour pêcher le brochet, le matériel requis est assez lourd ; ce dimensionnement du matériel n’est pas du à la puissance du poisson mais au poids important des streamers à utiliser pour le capturer. Une canne à mouche de réservoir de 9 à 10 pieds pour soie 7 à 9 vous permettra de vous sortir de la plupart des situations. Un moulinet manuel simple suffira largement pour cette pêche mais il est presque toujours nécessaire de posséder une bobine supplémentaire (l’une est garnie d’une soie plongeante pour la pêche hivernale, l’autre d’une soie flottante ou intermédiaire plus fine). 

Les soies à utiliser sont : une WF7F ou 8F et une soie WF9S. Préférez l’utilisation de soies à fuseau décentré (WF) qui facilitent le lancer de streamers parfois lourds. Le bas de ligne doit être court pour les pêches les plus lourdes avec la soie plongeante. Comptez environ deux mètres dont un mètre de pointe en 22/100 à 28/100. Pour les pêches de surfaces avec la soie flottante le bas de ligne doit être long et plus fin pour permettre une immersion rapide du leurre même s’il est peu lesté. 

Un bas de ligne de 3.50m dont la pointe est en 22/100 vous permettra de sortir votre épingle du jeu. N’oubliez pas d’interposer un morceau de tresse ou de câble (qui limite nettement plus la nage du streamer et ne peut être utilisé lors de pêches de surface avec des poppers, des muddlers) entre le streamer et la ligne. Ce détail est d’une importance capitale car lorsque les poissons sont de taille respectable, l’engamage porte souvent la ligne directement sur les dents acérées du carnassier. Une grande épuisette est un outil indispensable pour décrocher correctement ce magnifique poisson dans de bonnes conditions sans risquer de vous ou de le blesser. Une longue pince est aussi à prévoir car une morsure de brochet reste toujours un mauvais souvenir, si, si je vous assure, on peut regretter d’avoir attraper un brochet après qu’il vous ait lacéré la main… Les hameçons sans ardillons ont ici plus encore qu’ailleurs leur place car le brochet tend en force la ligne presque toujours durant le combat et les seuls r

Les leurres

Le brochet est un poisson difficile qui a en plus de cela tendance à ne pas se fatiguer sans raison valable. Les leurres à utiliser doivent être volumineux et très mobiles. Le lestage doit être le plus limité possible par rapport au volume du leurre pour que la nage soit très souple et que la récupération puisse se faire de la façon la plus lente possible. Les leurres imitatifs demeurent des valeurs sûres. Les imitations d’alevins, de crustacés, de grenouilles sont très intéressantes à mettre en œuvre lorsque les conditions de pêche sont difficiles. La taille des leurres à employer varie de 10 à 18cm. N’hésitez surtout pas à animer vos leurres de manière très lente et fluide. Les brochets se saisissent parfois du leurre au moment où il est totalement inerte… La touche est alors imperceptible ou presque. Ne vous bornez pas à chercher une couleur qui marche pour vos streamers. Seul les contrastes vous assurant que le brochet perçoit aisément votre leurre sont importants. Pensez à utiliser des streamers à fibres

Le brochet au fouet

La pêche du brochet au streamer vous donnera des satisfactions nombreuses dont la première et pas la moindre et de pêcher des poissons sauvages, difficiles et de taille honorable avec une technique moderne et passionnante. Le combat avec un beau brochet de 70 cm de long pêché dans une grande rivière courante peut vraiment vous donner des sueurs froides pendant un moment et cela pour votre plus grand plaisir. Les prises d’autres carnassiers que le brochet seront plus ou moins fréquentes, selon la région où vous pratiquez et mettront un peu de piment dans vos parties de pêche. La capture d’un beau sandre ou d’un silure saura vous faire apprécier le plaisir d’une capture inattendue à l’aide d’une canne à mouche… 

Articles en relation

le brochet    la pêche du brochet 

Les mouches artificielles MOANA

moana logo