Pêche en Mongolie

flien Où pêcher ? flien Mongolie

Pêche en Mongolie aux 4 rivières (2010 et 2012)

Pour mon quatrième voyage de pêche en Mongolie, je suis partie avec les copains aux 4 rivières. Lors de notre précédent séjour, nous avions tous dit : la Mongolie on y retournera mais pas tout de suite ... et puis après quelques temps nous nous sommes laissés convaincre qu'il "fallait" y retourner pour pêcher un coin superbe où 4 rivières se rejoignent et où les déplacements s'effectuent en bateaux, ce qui est très rare dans ce grand pays.

Quand on pêche dans ces rivières cristallines au milieu de nul part entouré d'animaux en liberté on se croirait aux origines des temps. Destination idéale pour les débutants à la mouche, les truites lenoks sont vraiment coopératives et il y en a des centaines !

Les mongoles forment un peuple admirable, qu'il faut absolument connaître. Quelques jours dans ce pays et vous en repartirez changé (à vie) car les notions du temps et de l'espace n'ont rien à voir avec les nôtres.

Préparatifs

Voir pêche en Mongolie 2004 voir checklist Mongolie

Le voyage - Paris - Moscou - Ulan Bator (UB) - Moron - le lodge des 4 rivières

Le voyage est assez long et s'effectue par étapes : Paris - Moscou - Ulan Bator - Moron - les 4 rivières !

Paris - Moscou. L'escale à Moscou est certainement le moment le plus difficile à gérer. Il fait très chaud, et l'on tourne en rond dans le free taxe.
Moscou - Ulan Bator (UB) : là on commence à prendre conscience que l'on se dirige vers l'Asie ... La sortie de l'aéroport d'UB est toujours un grand moment, même pour ceux qui connaissent. La route de l'aéroport à la capitale est déjà une source d'étonnement. On n'y voit du bétail sur le bord de la route, y compris sur les stations service ! La route est chaotique, la circulation très bizarre ...
Pour prendre un peu de repos, une nuit à l'hôtel est la bien venue après un bon restaurant.
Vol domestique d'Ulan Bator à Moron : c'est l'occasion de faire connaissance avec la Mongolie vue du ciel. Des montagnes et encore des montagnes, tien une rivière, des montagnes et des pistes dans tous les sens.
Arrivée à Moron : l'aéroport de Moron s'est modernisé, le temps d'enregistrement ou de récupération des bagages a été divisé par 3 ou 4 mais c'est encore un peu artisanale. Après un repas servi dans un petit restaurant sur un belle toile cirée, on repart en 4x4 pour le camp.

Le lodge des 4 rivières : 3 heures en 4x4 avec une très bonne piste sur plus de la moitié du parcours, ensuite bien secoué ! Nous sommes arrivés de nuit, nous n'avons découvert le camp qu'au petit matin. SUPERBE ! Au retour, nous avons mis 3H30 car la route était en mauvais été suite aux orages.

Hébergement - Le lodge et les dépendances

Contrairement aux autres camps, ici tout est en dur. Il n'y a qu'une seule yourte (ger) utilisée qu'en cas de ronflage intensif (n'est ce pas Jean-Pierre, je me moque mais d'habitude c'est moi qui dérange le plus, la preuve en 2012 c'est moi qui me suis retrouvé dans cette yourte).

Lodge, intendance (cuisine, sale à manger, douches, …), cuisinier super !

Cuisine et dépendances en bois, lodge en bois, toilettes et sanitaires tout est "luxueux" au regard de ce qui peut se faire ailleurs dans ce pays.

Il y a même un sauna entre les douches. La chaleur est fournie directement par le poêle à bois qui chauffe l'eau (tout les jours !).

Notre interprète Ariunaa

Ariunna est une jeune interprète très sympathique qui a étudié au Japon et à New-York. Elle parle mieux l'anglais que le français. Mais nous n'avons pas eu de problème de communication car notre groupe était multi langues (anglais, français, ch'ti, ...). Même après 4 séjours en Mongolie je n'ai mémorisé plus de 4 mots en mongole (sem beno pour bonjour, et j'ai déjà oublié les 3 autres).

Les bateaux - 4 jet boats

Les bateaux sont en métal avec moteur à turbine sans hélice. C'est un véritable gain de temps par rapport au déplacement en 4x4, c'est aussi moins fatiguant. L'accès à tous les endroits de la rivière est facilité, il n'est pas nécessaire de prendre de risque à devoir traverser la rivière. Et en option l'arrosage automatique est très agréable par forte chaleur en juin !

Le climat en juin

Très chaud en juin entre 25 et 35, 40 à UB
Beau temps en permanence, nous espérions un peu de pluie, elle est venue mais sous forme d’orage violent et très court. Comme le terrain est sableux, une heure après on ne voit plus de trace d’eau !
Nous avons eu aussi une tempête de sable avec du vent à 100 km/h. Ca ne dure pas longtemps mais c’est impressionnant surtout quand le nuage de sable arrive en masquant les montagnes.
Le dernier jour de pêche nous avons eu aussi une belle averse avec des grêlons.
Le lendemain, la route pour retourner à Moron était ravagée par des coulées de sable et de pierres.

Les payages

Sans fin, mais jamais monotone !

Les animaux

Sur la route de Moron au camp nous avons aperçu des yacks mais sur tout le parcours de pêche il n’y en avait pas.
Beaucoup d’animaux domestiques en liberté, moutons, chèvres, vaches, chevaux en particulier sur l’Ider.
Les chevaux et les vaches passent leur journée dans l’eau. Les chèvres et les moutons viennent boire au ras de l’eau puis repartent escalader les montagnes pour se nourrir de la végétation très rare.
Chameaux, une bande …
Beaucoup d’oiseaux : aigles, vautours énormes (3m d’envergure), grues, oies sauvages, grèbes avec beaucoup de petits (15 à 25) qui plongent pour se cacher.

Les insectes aquatiques et terrestres

Beaucoup d’éphémères le soir dont des mouches de mai
Perle de taille moyenne 3 à 4 cm
Petites sauterelles il y avait très peu de sauterelles comme celles qui sont en grand nombre en août par conséquent il a fallut pêcher avec des mouches moyennes voire petites.
Beaucoup d’insectes différents, coléoptères, scarabées noirs, long noir avec des tâches rouges …

Les poissons - truites lenok - ombres ...

A part sur le grand plat en amont de la confluence avec la Chulut où les truites étaient regroupées en grand nombre, nous avons eu quelques difficultés à trouver des poissons. Nous y sommes parvenus en prospectant un peu partout à l’aide des bateaux. Les truites étaient à la recherche de fraîcheur et d’oxygène, par conséquent dans les petits bras des îles, dans les arrivées d’eau froide, dans les rapides, …
Par endroits, les truites se regroupent en nombre. Michel en prenait des dizaines sur une arrivée d’eau froide sur 20 mètre de rive. Il pêchait la bordure, et hop pendu comme il dit !
Par rapport aux séjours précédents sur la Delger et la Chuluut, nous avons pris plus de poissons, mais moins de grosses truites (plus de 50 cm).
Le dernier jour, nous avons pêché à 3 dans une « bassine » formée par une arrivée d’eau froide partiellement fermée par du sable déposée par la rivière. Nous avons pris plus de 20 lenoks de belles tailles et il y avait aussi plusieurs tymens de 80cm à 1 mètre. Bernard a essayé de les pêcher mais sont matériel était trop léger ! Il en a décroché 2.
Les tymens étaients bien présents, nous avons vu plusieurs chasses à différents endroits. Mais la superficie à prospectée est beaucoup trop importante compte tenue de la hauteur des eaux. Recherche avec de gros poppers à brochet avec hameçon articulé.

Le matériel de pêche et l'équipement

Check-list à revoir, pas de fil en dessous de 20 !
Bas de ligne en 25 ou 30 qui résiste aux truites mais qui ne décourage pas vandoises, ombres, gardons et perches !
Matériel de base : canne 9 pieds soie de 7/8 pour la truite lenok.
Attention au surpoids , ça coûte 20 € le kilo !

Les rivières et la pêche

La Chuluut sale pendant tout le séjour
La Selenge qui récupère les eaux de la Delger et de la Chuluut était impêchable à cause du courant très violent et par l’eau trouble amenée par la Chuluut.
L’Ider est une très belle rivière, l’eau était claire mais le courant soutenu, l’eau était encore haute. Il faut environ 40 minutes pour arriver au premier poste de pêche.
La Delger-Mörön était assez claire (moins qu’en août) et le courant pas trop violent. Il y a plusieurs grandes îles, des grands lisses, quelques déversoirs, des rapides …

Les mouches qui marchent

Palmers, bivisibles, foam orange + hackle de coq noir : graissage à la vaseline
Tête en hackle, corps en antron orange
Tchernobyl ant noir ou marron de taille moyenne
Nymphe noire, jaune fluo avec casque orange
Sèche en cervidé mais beaucoup moins grosses qu’en août

Montage avec 2 mouches : une sèche et une nymphe, en fait la sèche pêche souvent en noyée.
Pierre a fait le premier doublé de lenock et moi le deuxième. Mouche sèche en poil et nymphe jaune fluo. Pas facile de remonter 2 truites de 45cm dans le courant.

En 2012, j'ai fait 3 doublés de suite avec une nymphe lourde et une Montana en potence.

Sur la photo à droite les mouches de Tonton Bernard. Voir d'autres mouches

2010 mouches bernard

Organisation du temps

Nous avons eu de la chaleur pendant toute la durée du séjour. Les poissons mordant plus le soir, nous avons décalé les horaires. De vraies vacances !
Levée à 8H30, petit-déjeuner à 9H00.
Départ pour la pêche à 10H00. Une demi-heure de jet boat et la pêche commence.
Pose déjeuner à 13H00. Pique-nique.
Reprise vers 14H00 jusqu’à 16H30.
Retour au lodge.
Diner à 17H00 (c’est tôt mais c’est à cause du coup du soir)
Nouveau départ pour la pêche à 18H00
Le fameux coup du soir : même quand ça mord pas, c’est beau.
Retour au lodge à 22H00.
Douche chaude, sauna, …
Discussion jusqu’à minuit avec bière et un peu de vodka.
Et on recommence !

Mes prises

Avec ce quatrième séjour en Mongolie, j'ai pu constaté mes progrès à la pêche à la mouche. J'ai fait mes premiers pas en sèche en 2004 sur la Delger et en 6 ans j'ai appris (technique, choix des mouches, placement, ...).
Je vous donne à titre indicatif des informations sur mes prises, non pour me vanter car mes amis en ont pris bien plus mais pour donner une idée de ce que peut prendre un pêcheur moyen en une dizaine de jours.
Quatre Rivières en juin 2010
Jour Matin Après-midi (après 14 heures) Commentaires Prises
1 10 truites et 10 ombres 10 truites et 10 ombres chaud 40
2 6 truites et 4 ombres 3 ombres chaud 13
3 1 truite et 2 ombres, pêche du taimen pendant 2 H 2 truites et 2 ombres chaud 7
4 7 ombres 6 truites et 8 ombres 21
5 0 15 truites et 12 ombres matinée sur l'Ider 27
6 0 pêche du taimen pendant 2 H 0 capot ! 0
7 6 truites et 2 ombres 5 truites et 3 ombres 16
8 2 vandoises 6 truites, 2 ombres et 1 vandoise matinée sur l'Ider 11
9 5 truites et 2 ombres 5 truites et 2 ombres 1 doublé de lenoks ! sèche + nymphe 14
10 4 truites et 2 ombres 2 truites 4 décrochages sur très grosses truites 8

Au total 157 poissons pris à la mouche  : 83 truites lenoks, 71 ombres et 3 vandoises

Quatre Rivières en septembre 2012
Jour Matin Après-midi (après 14 heures) Commentaires Prises
1 12 truites et 2 ombres 6 truites nymphe + sedge 20
2 16 truites et 6 ombres 6 truites et 2 ombres pêche au taimen - vent - nymphe noire + Montana en potence - stimulator au large dans le vent - Bernard G. a pris un taimen 30
3 pêche du taimen 6 truites et 10 ombres un taimen piqué tenu 30 secondes (c'est mon record) suivi d'une autre attaque 16
4 8 truites et 2 ombres 10 truites  pêche du taimen - orage 20
5 5 truites 8 truites et 2 ombres 15
6 6 truites 8 truites et 2 ombres visite de la Chuluut ... retour 16
7 4 truites 8 truites et 4 ombres 16
8 4 truites 18 truites, 4 ombres 26
9 6 truites 10 truites et 4 ombres 20
10 13 truites et 2 ombres 4 truites et 2 ombres 21
11 3 truites et 2 ombres - 5


Au total 205 poissons pris à la mouche  : 161 truites lenoks, 44 ombres. Je m'améliore ou les poissons sont plus nombreux ?

Mes meilleures mouches dans l'ordre : Montana, sedge en poils Stimulator, mouche tube Tchernobyl, Tchernobyl, nymphe noire casquée
En septembre, les truites montent plus sur de grosses mouches car il y a beaucoup plus d'insectes terrestres (sauterelle, coléoptères, ...).

Conseils pêche en Mongolie

Voir Pêche en Mongolie en 2004..